Quelques éléments de géologie de l' Aquitaine en 5 cartes explicatives par APBA

 

Un peu de GEOLOGIE de l'AQUITAINE

par Frédéric Bordessoule Président de l’APBA
association paléontologiue du Bassin Aquitain

Dans le passé, l’Aquitaine a été, à maintes reprises, envahie par les flots. Des êtres ont vécu et sont morts sur leurs marges. Huîtres de Sainte Croix du Mont, dents de requins de Léognan ou faunes de mollusques de Saucats en font foi.

5 cartes paléogéographiques des déplacements de la mer au cours de 270 millions d'années :

Image1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1° carte : Lutétien
On trouve à l’Est des dépôts continentaux, molasses du Fronsadais et de l’Agenais, avec de nombreux restes de Mammifères.
L’Oligocène s’étale sur environ dix millions d’années, avec deux étages bien représentés en Aquitaine : le Rupélien caractérisé sur la rive droite de la Garonne (Entre-Deux-Mers) et le Chattien qui affleure dans le Sud des Landes. Au Rupélien, on traduit un climat tropical à alternances humides et sèches, suivi d’un important recul de la mer, et des mouvements tectoniques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Image2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2° carte : Rupelien
Le Néogène, partie récente du Tertiaire, débute il y a – 23,4 millions d’années, avec l’étage Aquitanien (qui tire son nom de la région Aquitaine). La mer va réoccuper la partie occidentale du bassin Aquitain, depuis le Sud du Médoc, jusqu’au golfe aturien. Les dépôts matérialisés par des calcaires de plate-forme, appelés faluns, caractérisent les étages choisis comme types dans la région (stratotypes de l’Aquitanien et du Burdigalien) protégés aujourd’hui par la Réserve Naturelle Géologique de Saucats-La Brède.

 

 

 

 

 

 

 

 

Image3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3° carte :Aquitanien
A l’Aquitanien (– 23,4 à – 20,4 millions d’années), le rivage a reculé vers l’Ouest. Cet étage est situé sur la commune de Saucats (Moulin de Bernachon et site de l’Ariey). Sont présentes des faunes caractéristiques (mollusques, échinides, coraux, foraminifères …) qui témoignent d’un climat sub-tropical. Puis une nouvelle régression marine va s’amorcer et faire reculer la mer un peu plus encore vers l’Ouest.
Il y a 20,4 millions d’années, la mer envahit le domaine continental, à l’exception du dôme de Villagrains – Landiras, qui est devenu une presqu’île en formant un petit golfe dans la région de Sainte Croix du Mont. Le domaine marin profond est repoussé alors à l’extrême sud-ouest du bassin. Cette période est appelé Burdigalien (qui tire son nom de Burdigala = Bordeaux). Il s’agit du second stratotype historique protégé sur le département.

 

 

 

 

 

 

Image4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4° carte: Burdigalien
Au Burdigalien, l’eau chaude et le climat sub-tropical permettent le développement de petits édifices récifaux coralliens, typiques des régions tropicales. C’est ainsi que sur le site du Péloua, sur la commune de Saucats, on peut observer des blocs de coraux encore en place, témoins d’un milieu peu profond et relativement agité. Puis une nouvelle régression marine laisse sur ses marges une quantité fantastique de coquillages destinés à devenir fossiles … L’invasion des terres par la mer se fera au Serravallien, (Miocène moyen), la dernière d’un long épisode géologique.

 

 



 

 

 

Image5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Serravallien, (– 14 à – 11 millions d’années), la baisse progressive des températures voit disparaître un grand nombre d’organismes tropicaux, au profit d’animaux marins mieux adaptés. Puis la mer se retire définitivement de l’Aquitaine. Au Pliocène il reste une unique et étroite bande marine en bordure de l’actuel bassin d’Arcachon, matérialisée par des marnes sableuses riches en microfaune benthique et se poursuivant sur une partie de la côte landaise. La totalité du bassin sédimentaire aquitain est maintenant en domaine continental et la mise en place du réseau hydrographique actuel se réalise. L’arrivée de la période récente (Pléistocène et Holocène) confirme le domaine continental de l’Aquitaine, marquée par des événements climatiques complexes.


Plus récemment
Les causes des glaciations sont encore très controversées. Au cours de dizaines de millénaires, le niveau des mers a baissé, une partie de l’eau de mer s’étant transformée en banquise et l’eau de pluie ayant accru la surface des glaciers.
C’est ainsi qu’il y a 18 000 ans, le rivage aquitain se trouvait 130 mètres plus bas qu’aujourd’hui et à près de 120 kilomètres au large de Soulac !

Depuis 15 000 ans environ, le climat se réchauffe, l’océan libéré de sa glace regagne le terrain perdu à la vitesse de 15 centimètres par siècle

 

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Pas de spam au SIGM


Recherche sur le site