Isle-Saint-Georges

 

 

Isle-Saint-Georges (I.N.S.E.E. n° 206)

Les découvertes archéologiques sur cette commune datent essentiellement des périodes protohistorique et gallo-romaine, se concentrant sur deux sites principaux : - Le Bourg ; - Au lieu-dit Les Graves, le lotissement communal. Il semble que ces occupations correspondaient à une ancienne île sur la Garonne. Des vestiges préhistoriques ne sont pas mentionnés.

1- Le site du Bourg occupe une superficie de 10 à 15 ha et a livré en prospection par M. Olivier Coussillan, du mobilier daté entre la fin du VIe siècle et le Ier siècle av. J.-C. En effet y est présent de la céramique commune appartenant pour l’ensemble à l’Age du Fer comme des vases, une coupe, des écuelles, aux décors peu abondants. Certaines de ces céramiques sont représentées par des planches fournies dans ce rapport (Boudet, 1987 ; ). De nombreux fragments d’amphores ont également été retrouvés, une monnaie en bronze frappée sous Auguste et : - des ossements ; - de la sigillée ; - de la vaisselle gauloise réalisée avec la terre locale ; - des morceaux d’amphore ; - des monnaies… Il a également mentionné de nouvelles découvertes de monnaies, notamment une en argent, sur la commune, ainsi qu’un morceau de hache en bronze. Cette dernière trouvaille montre l’ancienneté et la continuité de l’occupation de ce site. M. Coussillan suppose que le site de l’Isle Saint-Georges se situait à un carrefour de la voie de Narbonne à Bordeaux et de la voie venant d’Arcachon, sur un passage à gué de la Garonne. Ce carrefour était ainsi un lieu de peuplement et d’échanges.

2- Le site du lotissement communal, au lieu-dit « Les Graves », fut fouillé dans les années 1990, par M. Boudet. Il présente une occupation continue depuis l’Age du Fer jusqu’au troisième quart du Ier siècle apr. J.-C. avec : - un quai daté du Ier siècle apr. J.-C. ; - un gué aménagé ; - un bâtiment à l’arrière du quai ; - un habitat à 60m du quai avec une salle à foyer central et une aire de travail, où furent découvertes onze monnaies romaines de la République jusqu’à Tibère. La production métallurgique du second Age du Fer est attestée par la présence de fours de refonte de bronze. Le mobilier était constitué de céramiques indigènes, d’amphores, de faunes, de petits objets en métal…M.Boudet a aujourd’hui donné au musée d’Aquitaine le matériel issu de cette fouille, conservé en réserve. Cependant, la mairie de l’Isle Saint-Georges souhaiterait récupérer ce mobilier. Elle s’est pour cela dotée d’une salle et de matériel nécessaire à l’exposition et à la conservation de ces trouvailles. Ces deux sites révèlent également une occupation médiévale évoquée dans la Base Patriarche. Il est mentionné au Bourg une motte castrale avec château fort du Moyen-Age classique. Un plan est présenté à la fin de ce rapport, montrant la situation géographique du château, face à l’église actuelle et prouvant ainsi la continuité de l’occupation du centre de ce village . L’église y a également été érigée au XIe siècle. Cependant, il ne reste rien, sauf l’orientation et un bas-relief, de l’église primitive, remaniée au Moyen-âge classique. Ce bas-relief représente Saint-Georges et le dragon.

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site