Contact

Fonction:
gratuit : collections perm; collections temp : 5€
20 cours Pasteur
ouvert 11h/18h, fermé lundi
05 56 01 51 00

Informations diverses

pour y aller

20 Cours Pasteur

Fermé les lundis et jours fériés

Collections permanentes : gratuit pour tous.

Expositions temporaires : 5€ et 2,50€ tarif réduit.

 

Extrait page 110 de  " Lieux symboliques en Gironde , trois siècles de franc-maçonnerie à Bordeaux" 

le Musée d’Aquitaine
Installé dans les locaux de l’ancienne Faculté des lettres du cours Pasteur en 1987, le Musée d’Aquitaine présente les collections d’une exceptionnelle richesse qui vont de la Préhistoire au XXe siècle. Dans un bâtiment édifié au XIXe siècle par l’architecte Charles Durand sur l’emplacement de l’ancien couvent des Feuillants où Montaigne fut enterré en 1592, 700000 pièces relatives à l’histoire, l’archéologie et l’ethnographie ont été réunies grâce à des dépôts, des acquisitions et des legs  successifs qui en font un lieu incontournable pour qui s’intéresse au rapport Europe–Afrique–Amérique et au passé portuaire de Bordeaux dépeint notamment par 5000 pièces d’art d’Afrique et d’Océanie.
Mais ce sont les salles consacrées au passé négrier de Bordeaux, inauguré en 2009, qui sont les plus poignantes et les plus spectaculaires. Le Musée d’Aquitaine n’a pas craint de rappeler que Bordeaux s’est rendu coupable entre 1672 et 1837 de 508 expéditions négrières qui aboutiront à la déportation de 150000 Noirs.
Le premier voyage négrier bordelais s’effectue en 1672, mais jusqu’en 1740, les Bordelais envoyèrent seulement 24 navires. L’apogée de la traite négrière bordelaise se situa à la fin du XVIIIe siècle, et Bordeaux dépassa même en 1786 sont « concurrent » nantais en développant particulier la traite sur la côte est de l’Afrique. Les noirs étaient déclarés et enregistrés lors de leur débarquement sur le sol français mais il était difficile de suivre leurs traces. La déclaration royale d’août 1777 prévoyait que soient créés dans chaque port des « dépôts des Noirs » pour les loger pendant leur séjour en France. Cette décision engendra quelques problèmes matériels et moraux comme le montre le questionnaire envoyé par le ministre de la Marine aux responsables de chaque port. Documents, objets, représentations audiovisuelles concourent à faire de cette visite un intéressant pèlerinage sur les terres de ce passé aboli et  trop souvent occulté.

Le musée d’Aquitaine a accueilli en 1994 une très importante exposition dédiées à la franc-maçonnerie dont le commissaire général était le regretté Johel  Coutura. On y admiré notamment un portrait d’Antoine Bazire par Dagoty  en provenance du musée des Arts décoratifs, une aquarelle de Gastanbide représentant la R. L. de la Triple espérance en provenance des Archives municipales de Bordeaux, un plan du château Trompette, également provenant des archives dont le fonds iconographique sur les négociants, les hommes politiques et les notabilités bordelaises des dix-neuvièmes et vingtièmes siècles est particulièrement fourni . (page 101)

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site