Contact

Propriété d'une personne privée, ouverture exceptionnelle possible pour les Journées du patrimoine

Informations diverses

 

pour y aller

 

Extrait de l'ouvrage page 86 de Florence Mothe : " Lieux symboliques en Gironde , trois siècles de franc-maçonnerie à Bordeaux" éditions Dervy


escalier hôtel Boyer-FonfrèdeL’un des plus admirables immeubles de Bordeaux sur le plan de la stéréotomie fait le coin de l’actuelle place Jean-Jaurès et du cours du Chapeau Rouge. Cet immeuble fait suite à une série d’îlots lotis par Victor Louis durant les dix longues années où dura la construction du Grand Théâtre. L’hôtel Boyer-Fonfrède fut construit entre 1775 et 1776. L’atelier du célèbre architecte se trouvait juste en face, et son client, également initié, était un négociant, père du député girondin exécuté sous la Révolution.
L’immeuble est d’un extrême raffinement, tant au niveau des fers forgés que de la simple conception. Victor Louis qui se signalera ultérieurement par deux escaliers exceptionnels, le grand escalier du Grand Théâtre et celui dévolu, dans le même immeuble aux appartements réservés au Maréchal Duc de Richelieu, a imaginé pour l’hôtel un escalier symbolique inspiré de la Tour de Babel dont le mouvement hélicoïdal est littéralement suspendu dans le vide.
Cette vaste spirale, admirablement débillardée, conduit sur le même rythme jusqu’au troisième étage, de sorte que la légende prétend que l’on pouvait le gravir à chevalet que l’on pouvait adresser du courrier à Boyer-Fonfrède avec une adresse ainsi libellée : «  A M. de Fonfrède, sur son bel escalier à Bordeaux ».  Le même immeuble court tout au long de la place Stalingrad pour rejoindre, toujours en arrondi, la rue Esprit-des-Lois.
Le 5 février 1804, Arthur Schopenhauer arriva à Bordeaux depuis Lormont et s’embarqua sur brigantin qui faisait à l’époque office de pont entre les rives droite et gauche de la Garonne. « Bordeaux s’étendait devant nous en un vaste demi-cercle tout au bord du large fleuve qui forme un grand coude à cet endroit. Le coup d’œil était enchanteur. »
Totalement inspiré des théories de Vitruve, cet îlot représente un des plus purs chefs-d’œuvre que l’harmonie de l’architecture maçonnique ait jamais inspiré.


Note SIGM : Vitruve est un architecte romain qui vécut au Ier siècle av. J. C., auteur du célèbre traité :  De Architectura.
Note SIGM : l’hôtel Lamolère au coin de la rue Esprit-des-Lois et de la place Jean-Jaurès, constitue le pendant de l’hôtel Boyer-Fonfrède au coin de la place Jean-Jaurès et du cours du Chapeau Rouge.
La fille de Antoine Valdeck de Lessart, lui même né à Mongenan( Portets) en  1741, a épousé M. Bernard de Lamolère, directeur de la Monnaie à Bordeaux, reçu maître en 1737.

Plaque avec le logo officiel située à l'entrée des Monuments Historiques

Eléments protégés :
Les façades et toitures sur rue ; le vestibule ; l'escalier ; les trois pièces ornées d'un ensemble de boiseries Louis XVI se trouvant au premier étage, chez M. Rivel (cad. E 170) : inscription par arrêté du 8 février 1963

Périodes de construction :3e quart 18e siècle Architecte ou maître d'oeuvre :Louis Victor (architecte)

Propriété d'une personne privée

 

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site