* parlez moi de l’incendie de forêt de 1949

(extrait du Journal de la promenade SAUCATS 18 avril 2004)

Le 19 Août 1949 vers 15 heures la Mairie de Saucats fut informée de l'incendie d'une scierie forestière dans le secteur du Murat (entre Peyon et la lagune du Merle). Le feu se communiqua très vite aux stocks de planches entreposées à proximité de la scierie, puis à la forêt toute proche. La commune envoya immédiatement l'unique engin de défense qu'elle possédait à cette époque. Il s'agissait d'une ancienne autochenille Citroën rescapée du raid Paris-Pekin et équipée d'un réservoir d'eau de 600 litres et d'un groupe motopompe. Sa vitesse ne dépassait pas les 10 km/heure et elle mit plus d'une heure pour atteindre le feu. En même temps, comme c'était l'usage à cette époque, toute la population valide, alertée par le tocsin se rendit sur place pour essayer, sous la conduite du Maire et des chefs de lutte locaux d'organiser la défense du secteur. Malheureusement la chaleur intense qui régnait depuis plusieurs jours et le vent, qui entre temps s'était levé, ne permirent ni d'éteindre ni même de circonscrire l'incendie qui au début de la nuit avait déjà atteint la limite Saucats-le Barp..Le feu brûla toute la nuit détruisant déjà plusieurs centaines d'hectares. Le lendemain l'incendie, favorisé par la chaleur et par le vent repris de plus belle notamment sur les Communes de Marcheprime, Saucats, Cestas, Le Barp, Canéjan et ensuite Léognan et La Brède. C'est ainsi que le lendemain, le 20 Août, en début d'après-midi, sur l'ensemble du front de feu qui était gardé par des volontaires et des soldats envoyés en renfort, une tornade, due à la dépression causée par la chaleur sur plusieurs kilomètres carrés s'éleva et piégea littéralement l'ensemble des sauveteurs qui se trouvaient à proximité des zones incendiées. La région fut pratiquement plongée dans la nuit ; le ciel était sombre à Bordeaux. Le bilan du sinistre fut très lourd. Plus de 80 personnes perdirent la vie. Parmi elles le Maire de Saucats, Monsieur Roger Giraudeau, une trentaine de jeunes soldats, des habitants de Cestas, Léognan, Pessac, la moitié du conseil municipal de Canéjan. Plus de 30000 hectares de forêt furent détruits dans ce secteur. Les secours arrivèrent de toutes parts. En plus des sapeurs-pompiers de Bordeaux, des détachements des Pompiers de Paris et même de Londres furent envoyés. Les victimes avaient été rassemblées pour identification à la mairie de Cestas. Les obsèques furent célébrées le 23 août sur la place de Cestas, présidées par monseigneur Feltin, cardinal archevêque de Bordeaux, en présence du président du Conseil, Paul Ramadier et de plusieurs ministres.

mairie de Saucats

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site