* toponymie : racontez moi le passé des lieux dits, par Marie Madeleine Rigal ...

 

par ordre alphabétique

 

Pey, Peyot, Peychoune (4 fois), Puch (3 fois), Pujau (2 fois), issus de la même racine latine podium qui signifie monticule ou éminence ;

les Mottes, " las Casterasses », restes d'une place forte moyenâgeuse, elle-même implantée sur des tumuli gaulois ou néolithiques.

Peyr et ses dérivés Peyrères (2 fois), Peyrotte, Pirette, Pirrot, Piron viennent du latin petra qui signifie pierre. Ces lieux font sans doute référence au substrat calcaire qui affleure des sables près des cours d'eau.

Grave et ses dérivés la Grave (2 fois), la Gravette indiquent le célèbre gravier de la Garonne. Sablot, le sable ;

Hont et ses dérivés Hontines et Hontanelles qui vient du latin fontem veut dire fontaine ou source. Ici il y en a beaucoup ainsi que les Sourdouilles et Sorgente (vient de sourdre). Le Rouilles et Riou viennent de rui ou arrugia en latin et non de la rouille du fer comme on le croit souvent.

Pour le franchissement de ces ruisseaux on relève une dizaine "pas" (qui veut dire gué) différents, dont un "pas des loups" à la limite de Guillos et plusieurs "palanques" qui vient de palanca qui veut dire : passerelle en gascon ;

Lane ou landes vient du celte landa terre inculte, lagune du latin lacuna ; ces termes font l'essentiel de la toponymie (plus de 20fois).

Braudiot viendrait de brau qui en gascon signifierait bourbier marécageux, Barde aurait aussi une origine similaire, barda : boue, torchis en gascon.

Bernet et ses dérivés Bernin, Bernacail, viennent du celte verne (aulne), Jauga (ajonc), Broustey (taillis), Matte (buisson), Pinada ( pins, bruyères ). Artigues et ses dérivés Artigat, Artigoles, du gascon artiga qui veut dire terrain défriché, lui même venant du basque Arte (chêne vert).

Houdies vient du gascon hoder qui veut dire bêcher, les Boudigues vient du gascon bodigar qui veut dire défricher.

Crabe et crabe morte vient du latin capra qui veut dire chèvre et nous rappelle les élevages des landes ;

Darabe (arrabe sur le vieux cadastre) et Mouréou sont issus de arabe et maure : sans doute le souvenir de sarrasins défaits par Charles Martel et qui en restèrent là au bord du chemin marchand ?

Il existe aussi un lieu dit la Morane mais ici l'origine est le latin mollem et le suffixe -are et qui désigne un terrain mou et marécageux. Argilas : de argilayre, endroit ou le sol est argileux. Branet : lieu où pousse la brande, grande, bruyère appelée brue, bruga, barga, brana. Gaudes : de gerbe-baude, fête qui marquait la fin des moissons ou fin des vendanges ;

Le Bourdieu : vient de bordes, maison dans1a lande , et bordiu en gascon. Les bourdieu désignaient en général les propriétés rurales des bourgeois bordelais. Biartigues : de artigues terres défrichées au XIII siècle. Gargueyres : du gascon barguéra, désigne les endroits où étaient placés les parcs mobiles à mouton. Lors des déplacements du troupeau la litière se transformait en engrais ;

Bernachon : de Bernat (Bernard) ;

Cassiney : vient de casse ou cassa qui veut dire chêne en gascon ;

Le Com : com veut dire jambe ;

La Couquilleyre : ruisseau dont le lit est garni de coquillages fossiles ;

La Couye : vient de coia, la brebis ;

Esclauzets : de clans, clauzet qui désignet la clôture, l'enclos ;

Gieu : vient de joug de bœuf ;

Larriey : l'arriey, l'arrouy, la rouille, c'est le ruisseau (rui) ;

Lagüe : du latin lacuna, la lagune ; Lagune du merle : non ce n'est pas l'oiseau mais une déformation de marla qui désigne une terre marneuse, argilo calcaire ;

Le Marheuil : nom formé de Maro ialos qui signifie grande clairière ; Migelane : à mi lande ; Puch, Poucheau et Pujau viennent du latin podium : lieu élevé, la plus part seraient des tombes néolithiques ? Pujeau de la cagne : pujeau de la chienne. Pont Pourquey : le pont des cochons ; Le Treytin vient du verbe treitejar ou treitinar qui veut dire défricher

Verdillon : vient du celte verno signifiant, aulne et vergne.

Saucats : sureau se dit en gascon sahue,sambuc, sauhuc, la sahuquèra est un lieu couvert de sureaux. Le nom du ruisseau et de la commune viendrait de là

BUOUELAYGUE est composé de 2 mots « bois » et « eau » ;

DARRIET : un RIET ou RIEU est un petit cours d’eau ; Rouillemorte : une rouille est un fossé d’écoulement ;

La Bragouse dérive de « braque » herbe vigoureuse en gascon, ou de Brau « bourbiers » ; Aux Bastens, vient du gascon « baste » , ajonc épineux ; Moussurot rappelle le mot « mousse » ; le Trempat un lieu inondé ; Coustaut est un petit coteau ; Pujoulet, qui dérive de pujou, petite hauteur ; Graveyron , Gravette, en graves ! Motte : petite butte ;

Piron, de pierre ( petra en latin ) ; Le Courreau évoque l’arbre coudrier ; la Cassagne le chêne ( cassanum en gaulois) ; Pinot, le pin ; Nougueyragut le noyer ;

et que dire du le Chemin des Anes ! ?

Marie Madeleine Rigal

 

par odre alphabétique

a artigue (défrichement ancien) Artigues et ses dérivés Artigat, Artigoles, du gascon artiga qui veut dire terrain défriché, lui même venant du basque Arte (chêne vert).
argilas : de argilayre, endroit ou le sol est argileux

b bastens, vient du gascon « baste » , ajonc épineux
bel air
bergey (bergerie)
bernachon : de Bernat (Bernard)
bernet et ses dérivés Bernin, Bernacail, viennent du celte vergne (aulne)
bourdieu( domaine noble) ; bourdieu : vient de bordes, maison dans 1a lande , et bordiu en gascon. Les bourdieu désignaient en général les propriétés rurales des bourgeois bordelais ; Biartigues : de artigues terres défrichées au XIII siècle ;
borde (ferme)
boudigues vient du gascon bodigar qui veut dire défricher
bosc, bos, boiste (bois)
bellefond (source)
bragouse dérive de « braque » herbe vigoureuse en gascon
branet : lieu où pousse la brande, grande bruyère appelée brue, bruga, barga, brana ;
brède (aubépine)
braudiot viendrait de brau qui en gascon signifierait bourbier marécageux,
barde aurait aussi une origine similaire ; barda : boue, torchis en gascon.
broustey (taillis),
brouquet, bruc (brande)
BUOUELAYGUE est composé de 2 mots « bois » et « eau »

c la cagne :la chienne
casterasses, restes d'une place forte moyenâgeuse, elle même implantée sur des tumuli gaulois ou néolithiques
carros (charrue)
le clos
cassagne,cassiney : vient de casse ou cassa qui veut dire chêne en gascon ; (cassanum en gaulois)
conques (basfond)
courreau évoque l’arbre coudrier
coustaut est un petit coteau
cabanas, cabanieux (cabane en bois )
crabe et crabe morte vient du latin capra qui veut dire chèvre
la Couye : vient de coia, la brebis
le Com : com veut dire jambe
couquilleyre : ruisseau dont le lit est garni de coquillages fossiles

d Darabe (arrabe sur le vieux cadastre) issu de arabe; sans doute le souvenir de sarrasins défaits par Charles Martel et qui en restèrent là au bord du chemin marchand?
DARRIET : un RIET ou RIEU est un petit cours d’eau

e estey (ruisseau)
esclauzets : de clans, clauzet qui désignet la clôture, l'enclos
f
g gaudes : de gerbe-baude, fête qui marquait la fin des moissons ou fin des vendanges
gravette , gravière , graveyrolle,graveyron ,la grave (terrain graveleux )
gassie, gassion (nom de baptême)
gieu : vient de joug de bœuf
gargueyres : du gascon barguéra, désigne les endroits où étaient placés les parcs mobiles à mouton. Lors des déplacements du troupeau la litière se transformait en engrais ;

 

h hontane, hontarouge, hont (source)et ses dérivés Hontines et Hontanelles qui vient du latin fontem veut dire fontaine ou source
i houdies vient du gascon hoder qui veut dire bêcher

j jauga , jauge (ajonc)
joualles

k
l landiras, landiterre (lande)
lane ou landes vient du celte landa terre inculte,
lagüe : du latin lacuna, la lagune
larriey : l'arriey, l'arrouy, la rouille, c'est le ruisseau (rui)
m marheuil : nom formé de Maro ialos qui signifie grande clairière
matte (buisson),
mayne (ferme)
mazères, madère (" maceria" ruines)
merle : non ce n'est pas l'oiseau mais une déformation de marla qui désigne une terre marneuse, argilo calcaire
migelane : à mi lande
mottes, petites buttes, restes d'une place forte moyenâgeuse, elle même implantée sur des tumuli gaulois ou néolithiquesmons,
mouta
mouréou issus de maure; sans doute le souvenir de sarrasins défaits par Charles Martel et qui en restèrent là au bord du chemin marchand ?
moussurot rappelle le mot « mousse"
morane ici l'origine est le latin mollem et le suffixe are et qui désigne un terrain mou et marécageux
n naudine (nauda marécage)
nougueyragut (le noyer)
o
p pas des loups( gué)
palanques qui vient de palanca qui veut dire passerelle en gascon
peyre, perrin,et ses dérivés Peyrères , Peyrotte,Pirette, Pirrot, Piron viennent du latin petra qui signifie pierre. Ces lieux font sans doute référence au substrat calcaire qui affleure des sables près des cours d'eau.
Pey , Peyot, Peychoune, Puch , Pujau, pujoulet, pujols, poucheau issus de la même racine latine podium qui signifie monticule ou éminence
palomeyre( palonnier trait des chevaux )
la plante , plantey
pinada (pins, bruyères )
pinchot (cep de 2 ans)
pinot, le pin
pont Pourquey : le pont des cochons


q
r rey, rouille, et riou  (ruisseau) viennent de rui ou arrugia en latin et non de la rouille du fer comme on le croit souvent;
rouillemorte : une rouille est un fossé d’écoulement ;

s la salle (manoir)
sablot (le sable)
saucats : sureau se dit en gascon sahue,sambuc, sauhuc,
la sahuquèra est un lieu couvert de sureaux
sourdouilles et sorgente (vient de sourdre).


t terrefort, tuilière, tuilerie
tuquet
techeney (tisserand)
trempat un lieu inondé
treytin vient du verbe treitejar ou treitinar qui veut dire défricher

u
v verdillon : vient du celte verno signifiant, aulne et vergne
vignolle, petite vigne
w

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site