photos de Bisqueytan et citation tirées de l'ouvrage " les Secondat de Montesquieu" de EYLAUD : "BISQUEYTAN : pourrait être un centre d'excursion où on trouve, groupés, quelques millénaires d'histoire dans un espace très limité ";

descriptif succinct d'après Eylaud: "le domaine de Bisqueytan est situé à l'est de Bordeaux, à 25 Km environ, dans l'Entre-Deux-Mers, ancienne place forte de Guyenne".

voir ouvrage de Léo Drouyn : La Guyenne militaire.

On y trouve des vestiges de chapelle roman-gothique, de chemin de ronde, de morceaux de remparts, des traces de douves, des survivances de l'appareil romain ancien oppidum, un gisement paléontologique et préhistorique (magdalenien avec pointes, racloirs, burins, lames...) , une trace de sanctuaire gaulois avec chaudron d'incantation, une tour pigeonnière... Dans le ravin, profond de 20 m, dans des calcaires à astéries, se trouvent les grottes " de Jaurias".

 

Bisqueytan_2_frBisqueytan_1_fr

 

Ci-après le texte de Monsieur Jean Marie Cazenave, qui accepte de figurer sur l'itinéraire des

" Chemins de la Liberté" Route n°3

jeanmariecazenave@wanadoo.fr


Le château est bien visible depuis les abords et peut être visité exceptionnellement selon les disponibilités du propriétaire .

 

 

Montesquieu portait un grand intérêt à ce lieu, dont voici l'histoire :

 

1750 ? Le comte de FUMEL ou Mademoiselle d’AULEDE, fille du Marquis d’AULEDE (peut-être mort en cours de transaction), vend Bisqueytan.

 1750, 16 décembre. Montesquieu (1689, mort en 1755) écrit de Paris à son notaire de La Brède Latapie :

« j’attends des nouvelles de Bisqueytan. »

 1751, 17 janvier. Lettre de Montesquieu à Latapie : « à l’égard de Bisqueytan, lorsque l’affaire sera consommée, je vous prie de m’envoyer sur le champ une expédition du contrat pour qu’à la suite d’icelle je puisse emprunter 24000 livres, qui resteront à payer et pour lesquelles par contrat d’achat, je n’ai que deux mois. Cela est essentiel afin que je ne manque pas de parole. Cette acquisition est bien chère, mais j’en suis content et cette nouvelle acquisition ne peut point dégrader ma maison de Baron. »

 1751, 15 février. Lettre de Montesquieu à Latapie : « j’écrit à Madame au sujet de la confirmation. Je ne puis pas rester dans cet état de souffrance ; et quant à mes 24000 livres, je les ai trouvées dix fois ici depuis et ne suis pas sûr de les trouver dans un autre temps. »

 1751, 17 mars. Montesquieu achète le château de Bisqueytan en copropriété avec M. Jean-Joseph de Cursol, chevalier seigneur de Bellefontaine conseiller du roi au parlement de Bordeaux pour la somme de 39000 livres chacun (acte passé chez Maitre Moncassin, notaire à Toulouse le 17 mars 1751).

 Bisqueytan représente 200 hectares.

 Montesquieu aurait prit les terres et M. de Cursol les bâtiments. Ce qui lui permit d'agrandir son domaine et d'ajouter à ses titres celui de seigneur de Bisqueytan.

 1752. Mort du fermier de Bisqueytan. Montesquieu et Cursol décident d’administrer eux-même la propriété.

 1754. « Haut et puissant seigneur messire Charles de Secondat de Montesquieu, chevalier, baron de Montesquieu et de La Brède, seigneur de Goulard-Raymon, coseigneur de Bisqueytan et autres places, ancien président à mortier au Parlement de Bordeaux, un des Quarante de l'Académie Française, de Londres et de Prusse »

1755. Montesquieu partage Bisqueytan (trois mois avant sa mort) et se réserve les chais.

1755. Mort de Montesquieu.

 1756, 18 mars, Jean Baptiste de Secondat, chevalier, baron de La Brède et Montesquieu, seigneur de Raymon, coseigneur de Bisqueytan et autres lieux, habitant Bordeaux, rue Monmejan, paroisse St Christoly, et Marie Denise ...

1789 « Françoise de Cursol, veuve de Gaufreteau, dame de Bellefontaine et Bisqueytan ».

1813. Joseph de Secondat achète une pièce de terre au Jarretey à St Quentin.

1826, 19 mars. Décès de Joseph Cirile de Segondat, baron de Montesquieu. Il était marié avec la dame Henriette de Menou. Son père était Godefroy de Secondat de Montesquieu 1702-1774, marié à Denise de Secondat de Montesquieu 1727-1800, fille de Charles.

1826, 3 juin. Marie Jean Gratien Godefroy Albert de Secondat de Montesquieu devient propriétaire, par succession de son père.

1862, 14 avril. Acquisition d’un moulin à eau avec bâtiments et terres en dépendant, le tout situé à Bisqueytan.

Blason de la famille De Piis3156-5aefd1861, mai. Léo Drouin dessine les façades, le portail, signale que la chapelle est lambrissée, établit le plan, l’histoire et publie en 1895 une notice bibliographique. Il indique « appartenance au baron de Montesquieu qui habite le château de la Brède »

1867, 15 octobre. Achat par Jean Mauvezin ainé, charpentier de haute futaie et entrepreneur de travaux publics demeurant à Bordeaux, 90, rue du Tondu, du domaine de Bisqueytan, consistant en vieux château, bâtiments pour les paysans et l’exploitation, dépendances diverses et autres natures de fonds, rochers et carrières importantes, … , occupant une superficie de 18 hectares 38 ares et 80 centiares. (…) . Le domaine de Bisqueytan fait partie d’une terre plus considérable connue sous le nom de domaine de Baron ou de Raymond… La vente est de 61 300 francs.



Aux archives, on trouve un cadastre des terres de Bisqueytan de 20 feuilles annotées avec les revenus par parcelles.

fin du texte de Monsieur Cazenave

 

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site