Qu'est ce que le patrimoine rural ?

"Le patrimoine rural, c’est l’affaire de chacun "

Comment intervenir sur le patrimoine rural ?

Un label patrimoine rural : pour qui et pour quoi faire ?

 

Qu'est ce que le patrimoine rural ?

Le patrimoine rural - constitué à la fois de l’habitat et des monuments, des paysages et des produits, des savoir-faire et des pratiques, des œuvres d’art et des manifestations sociales et culturelles - façonne l’image des territoires. Constitutif de notre identité, il peut être porteur de développement culturel et économique. Valorisé au travers de produits touristiques, artisanaux, de terroir… Marchand ou non, il contribue à la valeur attractive d’un territoire.

 

Le patrimoine rural se définit au sens le plus large comme l’ensemble des biens matériels et immatériels à caractère naturel, culturel, architectural que nous transmettons aux générations futures.

dessin enfant

Selon Isaac Chiva :

« Les paysages façonnés au cours des âges par les gens vivant de la terre et, plus généralement, de l'exploitation des ressources de la nature.

Les immeubles, formant ce que l'on nomme l'architecture rurale, agrégée ou non (villages, hameaux, habitat et édifices dispersés).

Les produits du terroir adaptés aux conditions locales et aux besoins des hommes qui les ont élaborés.

Les techniques, outils et savoir-faire qui en ont permis la création et qui demeurent indispensables pour en rendre possible l'entretien, la restauration, la modification et la modernisation dans le respect de la logique constructive et de l'esthétique de l'ensemble immeubles/habitat/paysage. Ces techniques s'étendent à des symbolisations et à des significations culturelles au sens plein du terme.

Toutefois, on ne saurait parler de patrimoine culturel rural sans se référer à une double évidence. Les hommes qui s'en servent, qui en vivent et qui ont souvent pris une part décisive à la survie de ces biens ont la conscience de plus en plus claire et affirmée que cet ensemble leur appartient. Mais en même temps, l'espace rural, avec le patrimoine qu'il représente et contient, est désormais considéré, à part égale, comme le bien et le lieu de tous les hommes, ceux des villes comme ceux des campagnes. »

 

(Extrait du rapport au Ministère de la Culture de la France, 1994)

"Le patrimoine rural, c’est l’affaire de chacun "

 

dessin enfantEn constante évolution, le patrimoine est un bien commun issu d’une production de l’ensemble de la société : les agriculteurs comme les écologistes ou les touristes, les aménageurs et les développeurs, les élus et les enseignants, les résidents permanents et les résidents secondaires. Levier non négligeable pour le développement du territoire, le patrimoine rural nous concerne tous...

 

 

 

 

Cet héritage commun qu’il convient de protéger et de transmettre aux générations futures apparaît menacé par la désertification des territoires, par les interventions liées à certaines opérations d’aménagements, par l’ignorance ou le manque de main d’œuvre qualifiée. A l’inverse, il suscite aussi de plus en plus d’intérêt dans l’opinion comme en témoigne le foisonnement des associations de sauvegarde et de mise en valeur ou la multiplication des fêtes locales, expositions

  

 

Comment intervenir sur le patrimoine rural ?

 

 

Intervenir sur le patrimoine, c’est d’abord identifier sa valeur sociale, culturelle, économique. Pour ce faire, il faut le connaître – et le faire reconnaître – comme objet patrimonial, puis assurer sa sauvegarde et éventuellement lui trouver une nouvelle vocation dans le cadre d’un projet. C’est enfin assurer sa transmission aux générations futures.

* Valoriser son patrimoine, c’est donner de la valeur. Cette valeur dépend du regard que l’on porte sur le patrimoine : bien des éléments patrimoniaux ont longtemps été considérés comme purement fonctionnels, et la question de leur conservation après usage ne se posait pas.

* Regarder autrement son patrimoine : Les regards sur le patrimoine ont changé : ce qui n’avait jadis que valeur d’outil prend aujourd’hui une valeur de témoignage. Par là même, il prend une valeur culturelle, sociale ou économique potentielle, au-delà des raisons fonctionnelles qui justifient son existence.

* Connaître son patrimoine : L’histoire, le contexte des objets patrimoniaux les plus remarquables sont le plus souvent assez bien connus. Certains en revanche, ne présentent à première vue aucun caractère remarquable en temps que tels : ils n’en constituent pas moins des témoignages.

* Faire connaître son patrimoine : Faire connaître, c’est attirer l’attention de tous sur la valeur patrimoniale de l’objet concerné. C’est par l’explication de sa genèse, de son histoire, de sa fonction, de son contexte que pourront être mobilisées les bonnes volontés en fonction de sa préservation. Mais le faire connaître, c’est surtout lui donner un sens.

* Restaurer son patrimoine, c’est rétablir, remettre en bon état, réparer, mais à l’identique. L’état originel doit être recherché autant que possible, sans concession à l’interprétation personnelle ou au goût.

* Réaffecter son patrimoine, c’est donner une nouvelle fonction. Bien des éléments du patrimoine n’ont plus aujourd’hui leur fonction traditionnelle : châteaux forts, granges dîmières, tranche-foin, etc. Leur trouver une nouvelle vocation apparaît souvent comme le meilleur moyen d’assurer leur conservation, mais tout dépend du type de patrimoine concerné.

* Rénover, réhabiliter son patrimoine : Ces deux modes d’intervention sur le patrimoine rural ne contribuent guère à sa mise en valeur et ne sont donc pas préconisés. Toutefois ils interférent souvent avec la restauration ou la réaffectation.

* Transmettre son patrimoine : Le patrimoine est souvent défini comme un ensemble de biens hérités des parents. A ce titre, il convient de se préoccuper de ce que nous allons laisser à nos enfants. Faire vivre le patrimoine, c’est donc assurer sa transmission en l’état. Mais transmettre le patrimoine, c’est aussi faire partager une culture communautaire, une identité, un sentiment d’appartenance.

* Transmettre les pratiques, savoirs et savoir-faire : Les objets patrimoniaux sont inséparables des pratiques, savoirs et savoir-faire qui y sont liés, qui les ont créés et qui leur donnent un sens. La transmission doit donc porter tout autant sur ces éléments que sur les objets eux-mêmes.

* Et demain ?La transmission des biens aux générations futures tels qu’ils nous ont été légués, ce que l’on appelle communément « la gestion en bon père de famille », implique également d’enrichir ce patrimoine. Nos réalisations d’aujourd’hui constituent potentiellement le patrimoine de demain…

Extrait du «guide de valorisation du patrimoine rural»

 

 

Un rôle pour chacun

Jeunes ou anciens, venant de la ville ou de la campagne, nous sommes tous acteurs ou observateurs du patrimoine rural, que ce soit dans nos actions quotidiennes ou à l’occasion de visites à la famille, de vacances au vert…

- Les pouvoirs publics : un rôle essentiel

Le patrimoine est un facteur de cohésion territoriale et les collectivités ont un rôle essentiel pour faire du patrimoine rural un support de développement. Les initiatives se multiplient, des outils existent, la population s’implique…

- Les porteurs de projets

Agir sur le patrimoine rural n’est pas seulement l’affaire des collectivités ! De nombreux particuliers, souvent regroupés en associations, interviennent pour sauvegarder, faire connaître ou valoriser ici un chemin, là de vieux outils, ailleurs encore pour faire vivre ou revivre un savoir-faire perdu…

- Patrimoine rural : créateur d’emplois et d’insertion

Le patrimoine rural est générateur de richesses, d’insertion et de transmission entre génération. Il est créateur d’emplois aux 4 coins de la France. Qui plus est, ce sont des emplois attachés à un territoire…

Chapelles, murs en pierre sèche, bâtiments agricoles, chemins et paysages, produits de terroir, savoir-faire, traditions… Ce petit patrimoine, rarement classé ou protégé, sert de support au développement d’activités à la fois touristiques, culturelles, éducatives et pédagogiques, artisanales, d’insertion, d’animation territoriale par l’action des collectivités et réseaux associatifs.

 

Un label patrimoine rural : pour qui et pour quoi faire ?

 

 

Depuis 2000, un label « Patrimoine rural » récompense les initiatives de valorisation et de promotion du patrimoine rural. Même si elle n’est pas doublée d’une aide financière, cette distinction est un moyen pour les porteurs de projet récompensés de se faire connaître du grand public et d’être reconnu par les pouvoirs publics.

S'adresser aux Directions régionales de l'agriculture et de la forêt (DRAF) ou aux Directions départementales de l'agriculture et de la forêt (DDAF)

voir site

 

 

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Nous ne vous spammerons jamais !

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Recherche sur le site