Restauration du retable de la Vierge nattée en l'église Saint-Maurille

fr A Capture D 33 Godin retable Anne Vierge Joachim  fr retable vierge 2003 et chauffage

SIGM a obtenu en décembre 2019 une délégation maîtrise d'ouvrage de la part du Conseil municipal de Saint-Morillon pour mener à bien la restauration du retable, classé Monum en 1969.

 

téléchargez la présentation et l'historique par SIGM

A gauche sainte Anne guidant sa fille, à droite saint Joachim, au centre la Vierge "nattée" et l' Enfant tenant le globe terrestre.

La Vierge Saint Morillon par Florence Mothe

Peut-être s’est-il prosterné devant elle ? Peut-être lui a-t-il demandé le succès de ses livres, une récolte abondante, un peu de sérénité conjugale, l’amour de Mme de Pontac-Belhade ou le départ de l’Intendant Boucher ?

En tout cas, Montesquieu l’a connue et a dû admirer ce visage régulier, inspiré de Giovanni de Turino et suggérant les Vierges de Raphaël. Il a contemplé sa vêture et les mains de l’enfant Jésus, assez fortes pour tenir le monde. Sans doute a-t-il eu envie de caresser ses boucles brunes, ses boucles de fille d’Ephèse de seize ans « moutonnant jusque dans l’encolure », ses cheveux qui refusaient le voile parce qu’il était déjà signe de soumission…

Et qui sait si la Vierge nattée de l’église Saint-Maurille n’a pas inspiré à Montesquieu cette lettre d’Ibben à Usbeck, datée de  Smyrne en 1714, qui fait d’Astarté la sœur et l’amante du guèbre Asphéridon ?

Qu’on l’appelle Astarté comme les Phéniciens, Ishtar comme les Babyloniens, Inanna comme les Sumériens, Aphrodite, Vénus, Salammbô ou même Sémélé, qu’elle soit la Meryem du Coran ou Marie d’Origène, ou bien encore Isis au parfum d’ambroisie, la Vierge nattée de Saint-Maurille est surtout  la mère de la divine grâce, la femme éternelle dont Luc a pu dire : « Heureux, les flancs qui t’ont porté et les mamelles qui t’ont allaité ».

Elle doit donc retrouver sa beauté première, non parce qu’elle est une statue religieuse, posée dans une église catholique, au milieu de la Sainte Famille, mais parce qu’elle est avant tout «  une lumière, une femme revêtue de soleil, d’une lumière belle et douce, comme la lune. »

Aidez-nous à la restaurer !

X

Get our newsletter!

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

*Pas de spam au SIGM


Recherche sur le site