Calendrier

De la grande peur de l'été 1789 aux Journées d'Octobre, conférence à Mongenan
Clics : 8

La grande peur de 1789

A l'heure des tweet  tonitruants de Donald Trump et de l'invasion des réseaux sociaux, nous pensons avoir inventé l'information immédiate et ses dérives. Mais qui se souvient de l'étrange phénomène, au demeurant toujours inexpliqué, qui saisit la France durant l'été 1789 ?
C'est à son récit que Florence Mothe va s'attacher dans la conférence qu'elle donnera le dimanche 13 octobre à 17 h au château de Mongenan à Portets.
Le 14 juillet, la Bastille a été prise et les émeutiers qui,  confiants dans le récit atroce de sa captivité que Cagliostro venait de publier, ont été surpris d'y trouver des cachots vides de tout prisonnier détenu par l'arbitraire royal,  et des quantités de vieux imprimés qu'on avait gardé là on ne sait pourquoi et où la Reine était mise en pièces.
Tandis que tout Paris lisait ces libelles que Louis XVI avait racheté à prix d'or, se répandait dans les provinces de hameau en hameau, de ferme en ferme, de village en village d'étranges bruits: le Prince de Condé arrive à la tête de 40 000 polonais. On l'a vu à Bègles, à Villenave d'Ornon, à Cadaujac, à La Brède, à Castres.... Les églises sonnaient le tocsin. Les paysans épouvantés, entrainaient leur femme, leurs gosses et ce qu'il leur restait de poules et de cochons au plus profond des forêts. Les plus intrépides questionnaient le curé ou le barbier. On s'attendait au pire... Et rien ne vint.
Comment et pourquoi ces bruits extravagants s'étaient-ils répandus dans la France entière ? Selon quel circuit plus ou moins aléatoire ? Qui les avait inventés ? Qui avait propagé ces rumeurs qui ont dépassé Orléans de très loin ?
A l'exception notable de Georges Lefebvre, les historiens ne se sont guère penchés sur cet aspect peu connu mais passionnant de la Révolution. Naturellement, les émigrés qui avaient déjà pris la poudre d'escampette, accusèrent le Duc d'Orléans et les Francs-Maçons d'en être la source. C'était aller vite en besogne car les propriétés du Duc d'Orléans avaient été saccagées et pillées comme celles des autres et si les diligences avaient colporté ces rumeurs tout au long de leur route, rien ne prouve que l'ordre de les disperser leur ait été donné.
L'histoire, sans doute, venait d'inventer la sociologie qui n'existait pas encore. Les français crurent aisément ce qu'on leur annonçait parce que confusément, ils l'attendaient. Habitués aux exactions de voyous de toutes sortes, ils les imaginaient espagnols, polonais, suédois, anglais, alors qu'ils n'existaient même pas...
Trois mois de folie collective brûlèrent des centaines de châteaux et pillèrent des milliers de réserves de blé, de vin et de fourrage qui firent, par la suite, cruellement défaut.
Comme quoi, la Révolution avait commencé dans les têtes bien avant le 14 juillet...

Renseignements: château de Mongenan 05 56 67 18 11, visite à partir de 14 h, conférence à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine, entrée 10 €, gratuite jusqu'à 12 ans.

Château de Mongenan
Complots, conclaves, conciles, convents et conjurations !
La fameuse théorie du complot est née à la fin du XVIII° siècle et n’a jamais fini de prospérer depuis. Elle servit à expliquer l’arrivée subite de la Révolution qui sembla un évènement inexplicable à bien des observateurs de droite comme de gauche qui n’évaluèrent pas à leur juste prix le poids des maladresses de Louis XVI, l’appétit de ses sujets pour une société nouvelle, plus juste et plus humaine et l’intérêt que suscitait la France pour nombre d’appétits étrangers.
Pour autant, une conspiration globale avait-elle été menée consciencieusement, ourdie, financée, préparée et par quels groupes secrets dont force est de constater qu’on ne les a jamais démasqués pour l’excellente raison que la théorie du complot voulait qu’ils ne se connaissent pas eux-mêmes et répondent à des ordres mystérieux venus de « Supérieurs inconnus » ?
Et cependant, des complots ont bel et bien existé, balayant Louis XVI, puis Danton, puis Robespierre, puis les Egaux, portant Bonaparte au pouvoir et tentant de le lui arracher par tous moyens y compris la mort-même.
Florence Mothe va consacrer treize conférences à ces passionnants sujets qui n’ont guère été traités par les historiens, mais ont inspiré les romanciers du XIX° siècle, voire les compositeurs d’opéras et d’opérettes. Mais ces tentatives ne se limitèrent pas au port de la « perruque blonde et du collet noir ». Elles perturbèrent gravement la renaissance d’un pays qui avait connu la plus grande secousse de son histoire et qui avait déjà bien du mal à appliquer la fameuse devise : liberté, égalité, fraternité…
Treize conférences de Florence Mothe
Dimanche29septembre à 17 h : Le convent de Wilhehmsbad
Dimanche 6 octobre à 17 h : L’Affaire du Collier
Dimanche13 octobreà17 h : De la grande peur de l’été 1789 aux Journées d’octobre
Dimanche 20 octobre à 17 h : L’affaire Favras
Dimanche 27 octobre à 17 h : La fuite à Varennes
Dimanche 3 novembre à 17 h : La conspiration de l’œillet
Dimanche 10 novembre à 17 h : Le complot des chemises rouges
Dimanche 17 novembre à 17 h : Le IX thermidor
Dimanche 24 novembre à 17 h : La conjuration des égaux
Dimanche 1° décembre à 17 h : Le coup d’état du 18 brumaire
Dimanche 8 décembre à 17 h : L’attentat de la rue Saint-Nicaise
Dimanche 15 décembre à 17 h : Cadoudal et Pichegru
Dimanche 21 décembre à 17 h : Les complots maçonniques existent-ils ?

Conférences suivies de la dégustation gourmande des vins du domaine

Château de Mongenan 33640 Portets
Monument Historique privé ouvert à la visite. Jardins Remarquables et classés
Potager de France, Roseraie de France SNHF, Best of Wine Tourism 2008
Tel : 05 56 67 18 11 château.mongenan@free.fr
sans rendez-vous les tous les jours, toute l’année de 14 h à 18 h
Visite commentée durée une heure

X

Get our newsletter!

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

*Pas de spam au SIGM


Recherche sur le site