Calendrier

Montherlant : la guerre : L'équinoxe de septembre, La solitude de juin, la guerre civile, conférence-lecture-spectacle à Mongenan
Clics : 38

Château de Mongenan     Animations d’été 2019 Hommage à Henri de Montherlant

Montherlant en temps de guerre

 Réformé pour malformation cardiaque en 1914, Montherlant a toujours parlé de cette guerre qu'il n'a pas faite et qui lui avait quelque part échappé.
En 1939, il devient l'improbable correspondant de Guerre de Marianne et trouve tout de même le moyen d'être blessé assez grièvement d'un éclat d'obus. Mais où ce patriote, ce bravache, ce héros passe-t-il la guerre ? Replié dans le sud de la France et entretenant quotidiennement son ami RogerPeyrefitte de sa chasse aux petits garçons qu'ils appellent entre eux Mauricette, Miel, Datte , Jacqueline... Glorieux ? Certes non. Acceptable ? Pas davantage. Celui qui a condamné sans retour les accords de Munich, qui n'a pas eu de mots assez durs pour le comportement des politiques ne fait rien pour défendre ce pays qu'il fait profession d'aimer ? Et pourtant...
Contrairement à une opinion généralement admise, Montherlant n'a jamais collaboré . Ses rapports avec Vichy se sont limités à conseiller à Roger Peyrefitte  de ne pas se brouiller avec la diplomatie tâtonnante du Maréchalet à intervenir auprès du ministre Jérôme Carcopino pour faire libérer un professeur qui avait dénigré Pétain dans sa classe en le traitant de vieux gâteux.
Pourtant, à la Libération, on lui reprochera d'avoir écrit" Le solstice de juin" et d'avoir fait jouer "La Reine morte" sous l'occupation. Qui le lui reproche ? Des écrivains à la posture douteuse, résistants d'août 44, qui sont d'autant plus véhéments que leur attitude a été discutable.
Jamais Montherlant, hautain, dédaigneux, altier, ne s'abaissera à les contredire. Sa prétendue collaboration qui se résume à avoir répondu à une interview de Je suis partout est annulée par une cascade de non lieux. Et pourtant, le doute persiste.
Le dimanche 1° septembre à 17 h au château de Mongenan à Portets, Florence Mothe s'attachera à démêler le vrai du faux en commentant les plus belles pages du Solstice de Juin, de l'Equinoxe de septembre et de la Guerre Civile. Pages majeures qui restituent l'écrivain dans cette grandeur que certains appellent démesure et qui tranche  singulièrement sur la production actuelle d'où le relatif oubli dans lequel on enferme Henry de Montherlant.

Renseignements: 05 56 67 18 11, Visite du château de Mongenan, tous les jours de 14 h à 18 h, conférence-lecture Montherlant et la guerre, le 1°septembre à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine.

Oublié, mésestimé, vilipendé, Montherlant apparait aujourd’hui comme un auteur maudit. Pourtant, rien de remplace son œuvre magique et intemporelle qui peint les hommes rêvés, les femmes méprisées, les pays en déliquescence, les peuples d’ailleurs volontiers asservis, les errances, les guerres et les fautes.
Le message de Montherlant, porté durant quarante ans d’une vie littéraire foisonnante, tant au livre qu’au théâtre, ne peut s’arrêter le 21 septembre 1972, sur le suicide d’un écrivain.
Des guerriers aux chérubins, des femmes insatisfaites aux amitiés particulières, de l’amour fou du sport et de la religion des corps aux affres de la colonisation, Montherlant n’a cessé de s’interroger et de nous interroger sur tout ce qui fait sens et question dans notre civilisation vieillissante. Le Château de Mongenan a décidé de lui rendre hommage après avoir consacré une série de conférences à la noblesse, tant il est vrai que mieux que tout autre, Montherlant avait celle de l’âme. Plusieurs comédiens escorteront Florence Mothe dans cet itinéraires où les lectures multiples, données dans le théâtre de verdure du jardin pour l’agrément, qui permettront de retrouver tel qu’en lui-même à travers ses œuvres et sa correspondance, ce géant de la littérature.

        Neuf conférences- lectures-spectacles :

Dimanche 21 juillet à 17 h : L’enfance : La ville dont le prince était un enfant, Fils de personne.
Dimanche 28 juillet à 17 h : Les hommes : La relève du matin, Le songe, Les garçons.
Dimanche 4 août à 17 h : Les femmes : Les jeunes filles, Pitié pour les femmes, Le démon du bien, Les lépreuses.
Dimanche 11 août à 17 h : Hispanités : La petite Infante de Castille, Le chaos et la nuit, Les Bestiaires, Le Cardinal d’Espagne.
Dimanche 18 août à 17 h : Ailleurs : Coups de soleil, La rose des sables, Le maître de Santiago
Dimanche 25 août à 17 h : L’amour : Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? La Reine  Morte, Celles qu’on prend dans ses bras.
Dimanche 1° septembre à 17 h : La guerre : L’équinoxe de septembre, La solitude de juin, La guerre civile
Dimanche 8 septembre à 17 h : La solitude : Les célibataires, Va jouer avec cette poussière, Port Royal, Un assassin est mon maître.
Dimanche 15 septembre à 17 h : La mort : La relève du matin, Les carnets, Mors et vita.


     Vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 septembre : Journées du Patrimoine
   Distribution gratuite de graines et de boutures de rosiers anciens.

Château de Mongenan, 33640 Portets, Monument historique privé ouvert à la visite, Jardins classés, musée du XVIII° siècle, Temple maçonnique,  vins de Graves
05 56 67 18 11                  chateaudemongenan@free.fr            www.chateaudemongenan.com

X

Get our newsletter!

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

*Pas de spam au SIGM


Recherche sur le site