Calendrier

Les dragonnades, les galères , le grand exil, conférence à Mongenan
Clics : 68

Château de Mongenan à Portets

         Animations d’hiver 2018 : Douze conférences de Florence Mothe dimanche à 17h

   TITRE : Il y a cinq cents ans que nous protestons…

Château de Mongenan: Les galériens de la foi

 Préfigurant l' Aragon de" La Rose et du Réséda" , Michelet avait déjà décrit avec sa verve coutumière la fraternité de chaîne qui régnait parfois sur les galères de Louis XIV entre ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n'y croyaient pas. Les esclaves Turcs, les meurtriers, les voleurs, les faux-monnayeurs étaient sur le même banc que les Protestants parmi lesquels deux Chevaliers de Saint-Louis et quarante-six gentilshommes qui n'étaient pas mieux traités que leurs compagnons d'infortune. Ainsi en était-il, après la Révocation de l'Edit de Nantes, sur les galères du Roi Soleil pour les Huguenots qui avaient refusé d'abjurer et continuaient à pratiquer chez eux ou "au désert" des cultes domestiques. Quand une galère avait à soutenir un combat en mer, la situation des rameurs, réduits à l’état de rouages moteurs du navire, était horrible; enchaînés à leurs bancs, ayant dans la bouche un bâillon en liège, appelé tap, qu’on leur mettait pour les empêcher, s’ils étaient blessés, de troubler leurs voisins par leurs plaintes et leurs gémissements, ils devaient, bon gré mal gré, attendre impassiblement la mort au milieu d’un combat auquel ils ne prenaient point part. La mitraille et la fusillade de l’ennemi frappaient sur les rameurs, car tuer ou blesser les galériens, c’était immobiliser la galère en la privant de l’usage des jambes redoutables qui lui permettaient de marcher sans le secours du vent.
Cet épisode peu glorieux de la grande saga "Surveiller et punir", s'inscrit dans la grande histoire du protestantisme que Florence Mothe conte, chaque dimanche  à 17h , au château de Mongenan à Portets.
Le dimanche 18 février, elle racontera ces temps particulièrement durs durant lequel les aumoniers lazaristes renforçaient encore la violence de la chiourme et laissaient les huguenots blessés mourir de faim à l'hôpital où ils avaient pour seuls remèdes de l'eau de vie et du camphre. "Leur sang prêchait, je me fis protestant" a pu écrire Michelet.
L'exemple des Réformés du Grand Siècle mérite d'être rappelé au moment où tant de soi-disant héros, se prétendant maltraités par la République, osent se prétendre des martyrs de la foi alors qu'ils ne sont en réalité que de pâles voyous.


Ils sont un peu moins de six cents mille pratiquants en France, à peine 2% de la population. Pourtant, ils ont été surreprésentés dans les équipes ministérielles des années Mitterrand. On leur impute une éthique qui aurait inventé l’esprit du capitalisme .Ils tiennent une part importante de l’économie et ont fait naître des raisons sociales prestigieuses : Japy, Peugeot, Oberkampf, de Dietrich, Havilland, Hermès. Ils ont inventé le crédit aux entreprises avec les Hottinguer, Vernes, Pagézy, Schlumberger. Ils ont parcouru les mers avec les navires Delmas-Vieljeux. Ils connaissent les vins et les cognacs mieux que personne avec les Eschenauer, les Cruse, les Kressmann, les Lawton, les Courvoisier. Ils ont évangélisé le vaste monde. Ils s’appellent Agrippa d’Aubigné, Alain Bombard, Georges Clémenceau, Gaston Defferre, Jacques Ellul, André Gide, Lionel Jospin, Pierre Joxe, Pauline Kergomard, Pierre Loti, Louis Mermaz, Louis Mexandeau, Bernard Palissy, Elisée Reclus, Paul Ricoeur, Jean-Paul Sartre, Victor Schoelcher, Albert Schweitzer, Vincent Van Gogh … Ce sont les Protestants. Un troupeau indocile qui, depuis cinq cents ans cette année, s’oppose à tout. Aux fausses doctrines de la fin, à une lecture partielle et partiale de la Bible, aux compromissions de toutes sortes, aux régimes fascistes et communistes, aux catholiques, aux incroyants qu’ils cherchent à évangéliser, aux tolérants qu’ils brûlent volontiers, du moins en parole… Mais qui sont-ils exactement ?

En douze conférences, Florence Mothe, petite fille du Pasteur Fernand Faivre, auteur du Nouveau Testament Annoté, ouvrage disponible en dix-sept langues, se propose de raconter l’histoire du Protestantisme, de l’extérieur et de l’intérieur, de Luther aux sectes évangéliques, de la HSP aux artisans laborieux des Cévennes, du Désert à la diaspora. Car les Protestants se sont mêlés de tout durant cinq siècles. Pour le plus grand bien de l’humanité.

              

              

Dimanche 7 janvier à 17 h : Qui sommes-nous ?

Dimanche 14 janvier à 17 h : Marguerite de Navarre, l’Heptaméron et la Cour de Nérac.

Dimanche 21 janvier à 17 h : La Réforme, fille de l’imprimerie, ses causes économiques.

Dimanche 28 janvier à 17h : Luther, Calvin, l’iconoclasme et les Protestants de la diaspora.

Dimanche 4 février à 17 h : L’Edit de Nantes, les académies protestantes, la famille de Rohan.

Dimanche 11 février à 17 h : Du siège de La Rochelle à la Révocation.

Dimanche 18 février à 17 h : Les dragonnades, les galères, le grand exil.

Dimanche 25 février à 17 h : Le Désert, le temps des prédicants, les Camisards, le Refuge.

Dimanche 4 mars à 17 h : L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, les Chartrons, la HSP.

Dimanche 11 mars à 17 h : Pierre Bayle, Fontenelle, Rousseau, Protestantisme et Révolution.

Dimanche 18 mars à 17 h : Les Protestants et la politique.

Dimanche 25 mars à 17 h : Le Protestant en mission, un peuple évangélique.

Dimanche 1° avril à 15 h : Grande Course aux œufs de Pâques dotée de nombreux prix.

Conférences suivies de la dégustation gourmande des vins du domaine

Château de Mongenan 33640 Portets

Monument Historique privé ouvert à la visite. Jardins Remarquables,Potager de France, Roseraie de France SNHF

  

Best of Wine Tourism 2008

Tel : 05 56 67 18 11  

www.chateaudemongenan.com

chateau.mongenan@free.fr

  

Sur rendez-vous la semaine hors saison, de 14 h à 18 h, tous les jours.

Sans rendez-vous les samedis et dimanches toute l’année de 14 h à 18 h et de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h tous les jours de juillet à septembre

Visite des Jardins Remarquables, du musée, du Temple maçonnique, du vignoble et dégustation des vins du domaine

                          

Il semble que vous soyez déjà abonné Cliquez ici pour mettre à jour vos préférences

Découvrez la newsletter patrimoine des Graves Montesquieu

*Pas de spam au SIGM


Recherche sur le site