La création des lagunes en Graves Montesquieu par Gwénolé Belbéoc'h

*Les lagunes par Gwénolé Belbeoch

* l'Elatine de Brochon

* photos prises principalement à Cabanac ; par le CREN Aquitaine (Conservatoire Régional Espaces Naturels d'Aquitaine) ;

confiées par Dominique Galland ;

 

andromde__fr libellule_fr utriculaire_carnivore_fr une faune de lagune : araignée Andromède, Libellule, plante carnivore : Utriculaire ;

 

 

 

lagune_toubeuse_fr lagune_dans_lande_humide_fr lagune__glycrie_flottante_fr lagune__nymphea_blanc_fr

différentes sortes de lagunes : tourbeuse ; ronde dans lande humide; à Glycérie flottante ; à Nymphéa blanc

 

 

sphaigne_fr caropsis_fr baldlie_fausse_renoncule_fr patamot__feuilles_de_renoue_fr renoncule_flammette_fr

une flore particulière : Sphaigne, Caropsis, Baldélie fausse Renoncule, Patamot feuilles de Renouée, Renoncule Flamette.

 

Il y a 15000 ans en arrière, entre Leyre et Saucats, nous sommes près de la fin d'une glaciation. Nous sommes des Magdaléniens et nous chassons le renne et l'antilope saïga !

La température annuelle moyenne est comprise entre -3 et -6°C ! Par comparaison, en Gironde aujourd'hui elle se situe autour de +17,5°C. Le sous sol est gelé en permanence (pergélisol). Il dégèle en surface sur environ 30 cm à la belle saison, ne permettant qu'une maigre végétation, un peu comme au Nord du Canada actuellement. Le sol garde parfois des traces comme à Saint- Morillon où ont été identifiées des fentes de gel au cours de prospections géologiques (Texier et Bertran). Le développement d'un pergélisol implique qu'il n'y ait pas de manteau neigeux important en automne et au début de l'hiver, qui ferait fonction de couche isolante. Donc dans la région nous avions un climat froid et sec, le sable de surface était libre et sans végétation. II pouvait ainsi se déplacer facilement sous l'effet du vent. Aussi, des lentilles de glace se sont trouvées recouvertes de ce sable des landes lors de son épandage éolien. Le radoucissement climatique ultérieur aurait permis la fonte de ces lentilles de glace, entraînant la formation de dépressions circulaires. Pour peu que le fond de ces creux soit argileux pour retenir l'eau, une lagune se forme. Cette hypothèse est confirmée par des études récentes sur des phénomènes semblables survenant de nos jours dans des régions froides (Groenland, et Nord Canada).

Les lagunes qui n'ont pas été aménagées présentent souvent les restes d'un bourrelet caractéristique qui ceinture ainsi le creux formé. Elles peuvent abriter une faune et une flore originale et plutôt rare : le Lézard vivipare, le Droséra (plante carnivore), le faux Cresson de Thore, et à Saucats la rarissime Elatine de Brochon.

Ces milieux particuliers sont menacés notamment par le drainage et la sylviculture trop proche. Les trois quarts des lagunes ont disparu depuis les cinquante dernières années.

Pour en savoir plus sur la protection des lagunes en Gironde, lire le document de la DDAF, Direction départementale de l'Agriculture et de la Forêt ;

en bas à droite l'Elatine de Brochon (Elatine brochonii Clavaud Elatine de Brochon), plante protégée d'environ 4 millimètres de diamètre, qui fleurit environ tous les 4 ans et dont on peut avoir quelque chance de trouver à Saucats un ou deux specimens (Lagune Ronde et Lagune Longue).     

 

Note du SIGM : Ci-dessous une lagune ? (à faire vérifier) visible sur le cadastre napoléonien de Saint Morillon à Bramepan, mais qui n'existe plus sur le cadastre actuel ; sur place un lieu asséché encore humide en 2008, propice à la pousse des champignons ; il y a encore dix ans, l'eau atteignait 1 mètre de profondeur au centre de ce petit lac ; mais Dominique Galland ne pense pas que ce soit une lagune !

Par contre en 2014 , l'eau a envahi le site, justifiant sa présence sur le cadastre napoléonien.

 

 


Recherche sur le site