Martillac

Martillac

Martillac (I.N.S.E.E. n° 274)

Contrairement à sa voisine Léognan, quelques vestiges préhistoriques ont été retrouvés par prospection sur cette commune.

1- Au lieu-dit « Tanticoste » (Carte I.G.N : Pessac 1537 Ouest ; Cadastre 1992, Section A) a été mis en évidence une occupation datant du Paléolithique Supérieur Final. En effet, Lenoir mentionne une industrie lithique sur petits galets de silex (Lenoir, 1993).

2- Au lieu-dit « Rochemorin » (Carte I.G.N : Pessac 1537 Ouest ; Cadastre 1993, Section B, Parcelle 457), Lenoir découvre également une occupation du Paléolithique avec un galet, un indice douteux d’industrie lithique, et une pointe de flèche à pédoncule et ailerons (Lenoir, 1993).

3- Au lieu-dit « Landes de Lafitte, Château Cantelys Menaut » (Carte I.G.N : Pessac 1537 Ouest ; Cadastre 1992, Section O, Parcelle 5), deux galets éolisés en quartzite sont mentionnés. Ils sont aujourd’hui conservés au musée d’Aquitaine. De nombreuses occupations du Néolithique sont également à mentionner. Si cependant elles sont toutes indiquées « Néolithique ? », une seule découverte semble certaine .

4- Au lieu-dit « Malleprat » (Carte I.G.N : La Brède 1537 Est) fut découverte une hache polie le 23 juin 1894. Elle est aujourd’hui conservée au musée d’Aquitaine sous le numéro d’inventaire 60 1002-1 (Lenoir, 1993).

5- J. Béraud mentionne en 1934, Congrès préhistorique de France, p278 à 292, la découverte de silex taillés et de tessons de poterie au lieu-dit « Domaine de Ferran, Belloc » (Carte I.G.N : La Brède 1537 Est).

6- C’est également J. Béraud qui mentionne à la même date, des silex taillés et des tessons de poterie au lieu-dit « Brane » (Carte I.G.N : La Brède 1537 Est).

7- Au château Lagarde est également mentionnée une occupation Néolithique, par la présence de quelques silex taillés, aujourd’hui déposés au musée d’Aquitaine. L’époque protohistorique est bien documentée.

8- Le premier gisement est celui qui est le mieux documenté. En effet, au lieu-dit « Minjacq » (localisation inconnue), fut découvert un dépôt de 34 à 36 haches du Bronze Moyen. Aucun détail n’a été donné sur les circonstances de cette découverte. Vingt-quatre haches sur les trente-quatre à trente-six d’origine, ont été étudiés par J. Roussot-Laroque (Revue archéologique de Bordeaux, 1991 ; Cf. p 92 à 112). Toutes ces haches sont à rebords, deux sont des haches-ciseaux, et les autres des haches à bords concaves et tranchant élargi. Les traits communs de toutes ces haches ont permis à J. Roussot-Laroque de définir un type de hache appelé « type de Martillac ». Après analyse, les composants principaux de l’alliage composant ces haches sont le cuivre, l’étain et l’arsenic. D’après J. Roussot-Laroque, ces haches de Martillac sont intéressantes car elles apportent de nouvelles informations sur une période mal connue en Gironde, la transition Age du Bronze Ancien – Age du Bronze Moyen.

9- Au lieu-dit « Pas de Barreau, La Sablière » (Carte I.G.N : Pessac 1537 Ouest ; Cadastre 1992, Section D1, Parcelle 227), la faune retrouvée date peut-être de l’Age du Bronze (Lenoir, 1993), avec du mobilier dispersé (indices de céramique et d’industrie lithique).

10-Au lieu-dit « L’Espault », le Bulletin de la Société Archéologique de Bordeaux et la Base Patriarche Aquitaine mentionnent un tumulus datant de l’époque protohistorique.

11- Au lieu-dit « Haut Mouchet, La Garde Est » (Carte I.G.N. : La Brède 1537 Est ; cadastre 1992, SectionC2, Parcelle 142), ont été trouvés un tesson et une molette dans les déblais d’un fossé de drainage, datés de l’Age du Fer. La période gallo-romaine est représentée par des trouvailles de monnaies.

12- Au lieu-dit « Le Mondet » la Carte Archéologique de la Gaule mentionne la découverte de médailles d’or de Valentinien et Théodose, avant 1839.

13- Au lieu-dit « L’Espault » ou « Lespaut », la Carte Archéologique de la Gaule mentionne la découverte d’une monnaie de Valentinien.

14- Au lieu-dit « Domaine de Ferran », fut également découvert une monnaie de Constantin le Grand. Pour la période médiévale, il subsiste aujourd’hui quelques vestiges mentionnés dans le Bulletin de la Société Archéologique de Bordeaux (Piganeau, 1897) : - une « borne sarrasine » ou « borne Roche-Maurin sur la limite de Martillac et de Villenave » ; - des « monnaies anglo-gasconnes » ; - le château Haut-Lafitte est également mentionné au XIIe siècle, montrant l’ancienneté de ce château, aujourd’hui restauré.

15- De l’église primitive romane Notre-Dame ne subsiste que l’abside et deux absidioles.

16- Le Château Rochemorin est, à son origine, une forteresse destinée à protéger Bordeaux de l’invasion mauresque du VIIIe siècle, d’où son nom. Au XIe siècle, le château devient un château féodal. Cependant, au XVIIe siècle il est détruit en partie, puis reconstruit au XVIIIe siècle pour devenir un pavillon de chasse du baron de Montesquieu.

 


Recherche sur le site