Contact

fermé lundi ; ouvert du mardi au samedi 9h-18h; dimanche 9h-12h30
05 56 48 22 08
05 56 96 41 08

Informations diverses

eglise saint bruno archi i-21eglise saint bruno archi int1patrimoine eglise saint brun1patrimoine eglise saint br-21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 crédit photographique Thomas Sanson-mairie de Bordeaux

pour y aller 

EGLISE SAINT- BRUNO
Eglise et monastère des Chartreux ont été construits sous l’épiscopat du Cardinal François d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux de 1599 à 1628.
« François d’Escoubeau de Sourdis était né en 1574, deuxième fils de sept enfants de François d’Escoubleau et d’Isabelle Babou, qui n’était autre que la nièce chérie de Gabrielle d’Estrée, favorite d’Henri IV. Cette parenté lui permit de participer très jeune à une mission diplomatique à Rome où il espérait contracter un riche mariage. Mais il y rencontra Frédéric Borromée, cousin de Charles Borromée, archevêque de Milan et rédacteur du célèbre « Catéchisme du concile de Trente », qui lui fit valoir que l’Église lui apporterait un beaucoup plus rapide avancement que les alliances séculières. C’est ainsi que François de Sourdis fut, en 1599, tout à la fois ordonné prêtre et sacré évêque de Bordeaux puis qu’il reçut à vingt-cinq ans la barrette de cardinal des propres mains du roi Henri IV ». (pages 28/29 " Lieux symboliques en Gironde "Florence Mothe)

dalle noire - caveau  Gascq et  ChartreuxL’ordre des Chartreux : fondé en 1084 par Saint Bruno est un ordre contemplatif.
A Bordeaux, installés en aval du château Trompette (place des Quinconces), les chartreux décident de quitter cet emplacement devenu bruyant de part la vie portuaire. La réalisation de ce projet se fera grâce à deux personnes : Tout d’abord au Cardinal de Sourdis qui en 1609 achète un vaste terrain marécageux (actuel Mériadeck), le donne aux chartreux et surtout assume d’énormes travaux d’assainissement ; et à Blaise de Gascq (en religion : Frère Ambroise), fils d’un conseiller et trésorier du roi dans le Bazadais, qui lègue sa fortune aux chartreux de Bordeaux pour l’édification d’une église et d’un couvent.

L’église est le seul élément subsistant de nos jours. Elle mesure 46m de longueur, 13m de largeur et environ 13m en hauteur. La façade présente trois niveaux et s’élève à 21m22 : dans la partie haute : statue en pierre de la Vierge Marie à qui est dédiée cette église ; sur le bandeau séparant les deux niveaux : hommage à François de Sourdis.
L’intérieur est une nef unique voûtée en berceau. Murs et voûte sont décorés de peintures en trompe-l’oeil de   Gian-Antonio Berinzago (1769-1772)
Le sol est dallé de marbre gris et rose comportant deux grandes dalles noires, indiquant pour l’une le caveau de la famille de Gascq et des Chartreux, pour l’autre celui de François de Sourdis.
Un rétable de 1672-73 comporte le tableau de l’Assomption de Philippe de Champaigne (travaille pour Marie de Médicis et le Cardinal de Richelieu ; premier peintre de la reine) entouré par deux sculptures : statues en marbre : de la Vierge par Pietro Bernini et de l’Ange par son fils Gian Lorenzo, le Bernin.
Entièrement dissimulé derrière le rétable : se trouve l’orgue! (Georges Wenner et Gotty)
Il est situé au 3ème niveau sur une tribune. Deux instruments sont superposés. Un orgue de choeur se trouve dans le soubassement. Une soufflerie, placée à un étage intermédiaire les alimente tous les deux.
Restauré par le facteur d’orgues landais Alain Faye, il permet maintenant des saisons musicales régulières graĉe à l’Association des Amis de l’Orgue de Saint-Bruno.( Martine Perroy)

« Blaise de Gascq,demeuré sans héritiers et retiré en Calabre dans un couvent des Chartreux, avait légué la totalité de sa fortune et de ses biens ‘à l’ordre des Chartreux aux fins de la fondation d’un couvent et d’une église dudit ordre en notre ville de Bordeaux’ »(pages 34 " Lieux symboliques en Gironde" Florence Mothe)

 L’église Saint-Bruno qui fait face au cimetière de la chartreuse nous semble parfaitement accordée aux mythes nourrissant le 26 degré, au caractère chrétien très affirmé, par les allusions qu’il fait à la grande lumière, à l’alliance de Dieu et du peuple d’Israël dans le désert et à la passion du Christ. L’édifice date du premier quart du XVIIe siècle. C’est le maître maçon Étienne Arnaud qui réalisa les travaux avec le concours du charpentier de haute futaie Jacques Chastelain. La façade est fortement inspirée de l’art italien du XVIIe siècle. On retrouve la composition maçonnique classique en trois étages, avec six pilastres corinthiens, ce qui est une allusion à l’échelle symbolique harmonique dont le dernier échelon est donné par la racine de neuf. L’intérieur de l’église a été entièrement décoré de fresques par Juan- Antonio Bérinzago, artiste italien actif à Bordeaux au milieu du XVIIIe siècle. Une voûte étoilée surplombe cette relation symbolique des trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité qui permettront au Chevalier de Mercy de s’élever vers le troisième ciel ou s’accomplira le grand-œuvre. ( pages 335 " Lieux symboliques en Gironde" Florence Mothe)


 façade  église Saint Bruno frpeintures murales en trompe lœil frstatue de lAnge par le Bernin fils frstatue de la Vierge par le Bernin père frGroupe sculpté par les Bernin père et fils


Recherche sur le site