On parle de Montesquieu franc-maçon à Mongenan( Portets)

 

Montesquieu franc-maçon?

Un Temple Maçonnique fut celui d'Antoine de Gascq, Président du Parlement de Guyenne et ami de l'auteur de l'Esprit des Lois.

Le Temple de Mongenan à Portets fut opératif de 1755 à 1898. Il a conservé encore aujourd'hui tout son mobilier rituel d'époque ainsi qu'une grande quantité de documents et de décors.
Florence Mothe en propose une visite thématique, axée sur des points peu connus de l'implantation de la franc-maçonnerie en France et plus particulièrement à Bordeaux, autour de Montesquieu, bien que celui-ci ait été initié en Angleterre. Il est surtout connu pour avoir fréquenté des ateliers parisiens et présidé, en compagnie de Désaguliers, à l'initiation de Maurepas, Ministre de Louis XV.

La mode des Temples privés se répandit au milieu du XVIII° siècle chez les aristocrates initiés, las des perquisitions que le Cardinal de Fleury, Ministre de Louis XV ordonnait chez les différents traiteurs où se tenaient ordinairement tenues et agapes.

A Mongenan, samedi 20 mars 2010, les membres du Cercle des Amis de Montesquieu, réunis le matin à La Brède pour entendre une communication de Monique Brut sur le thème "Montesquieu franc-maçon", se sont retrouvés au château de Mongenan à Portets, en compagnie d'autres visiteurs pour visiter le Temple Maçonnique qui fut celui d'Antoine de Gascq, Président du Parlement de Guyenne et ami de Montesquieu.

http://www.lecercledesamisdemontesquieu.over-blog.fr/



Le château de Mongenan, son musée, ses jardins, son temple maçonnique

sont ouverts tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 19 h.
16 rue de Mongenan – 33640 Portets – Tel : 05 56 67 18 11– Fax :05 56 67 23 88

chateau.mongenan@free.fr

www.chateaudemongenan.com

Le Château de Mongenan ,

c’est…. un Monument Historique, un vignoble réputé d’AOC Graves, un jardin botanique, un musée du XVIII° siècle

Le vignoble du Château de Mongenan se situe sur six hectares de la commune de Portets, en plein cœur de l’Appellation Graves, aux lieux-dits Mongenan, Vergnes, Candaubas et sur la Comtau, territoire s’étendant en lisière de la forêt sur des croupes ensoleillées et graveleuses qui étaient jadis un franc-fief, c'est-à-dire une terre noble achetée par des roturiers au Duc de Guyenne . Il est intégralement classé AOC Graves.

Ce vignoble, déjà complanté au III° siècle comme en témoignent les monnaies romaines découvertes par les archéologues de la DRAC, a été constamment exploité par le Baron de Gascq et ses descendants. Dès le début du XVIII° siècle, ces vignes comportaient des cépages blancs et rouges. Les vins blancs secs, très typiques de l’Appellation Graves, sont issus de sémillon ( 75%), muscadelle(20%) et sauvignon (5%). Le vignoble est complanté en rangs étroits. Les pratiques culturales sont respectueuses de l’environnement. La vendange est manuelle, Les vins blancs et rouges sont élevés en barriques de chêne français. Les vins blancs sont bâtonnés sur lie. La totalité de la récolte est vendue en bouteille.

Les vignes rouges sont complantées en merlot (60%), cabernet sauvignon (20%) et malbec (20%). Une telle proportion de malbec est rare dans l’Appellation Graves et témoigne de la volonté de conférer à ce cru une esthétique particulière.

Les vignes, de cinquante ans d’âge, ne sont jamais arrachées mais soigneusement régénérées par des clones qui assurent la continuité du goût.

Depuis 2000, l’élevage et le vieillissement d’effectue dans les magnifiques chais voisins du Château Lagueloup, situé dans le cœur du village de Portets, et qui appartient également à Florence Mothe comme le Château Majereau-La Lagune, situé à Virelade en Appellation Bordeaux.

C’est dans ce chai à la médocaine construit sur deux étages de 1750 m2 chacun datant du second Empire et intégralement restauré que sont désormais réunies les productions des vignobles de Florence Mothe.

 

Le Château Lagueloup où ont été regroupées toutes les collections sur la vigne et le vin du Château de Mongenan présente un musée comprenant plus de mille objets, outils et documents, dont un atelier entier de tonnellerie , ainsi que la totalité des instruments de chais commandés pour ce lieu à la fin du XVIII° siècle.

Il conserve une partie des archives d’une des plus grandes maisons de négoce bordelaise, la Maison Eschenauer dont le grand père de l’actuelle propriétaire, M. Edmond Mangou, fut administrateur général au début su XX° siècle.

Ouvert tous les jours de l’année à la visite, le Château Lagueloup accueille également dans un cadre grandiose des colloques, conférences, cocktails, réceptions et concerts.

Le jardin botanique du Château de Mongenan a été créé en 1741 au moment de l’introduction en France de la théorie Linnéenne. C’est selon les préceptes de Jean-Jacques Rousseau, maître de musique et de botanique du Baron de Gascq, que cette série de jardins a été conçue, puisqu’il s’agit d’une déclinaison de trois jardins, classés Monument Historique et bénéficiant du label « Jardins Remarquables », pour le jardin de la Lune et le jardin du Soleil.

Pour Rousseau et Linné, toutes les plantes se valent et doivent se côtoyer pour se polliniser et se féconder , qu’elles soient ornementales, potagères, médicinales, ou sauvages. Cette conception va faire litière des ordonnancements savants des jardins à la française où le dessin prime tout autre propos.

Le jardin botanique de Mongenan a conservé exactement son aspect du XVIII° siècle. Il surprend, chaque été, par le lourd parfum qui monte de ses tubéreuses, de ses lis et de ses jasmins. D’anciennes variétés locales d’arbres fruitiers et des allées bordées de rosiers anciens contribuent à transporter le visiteur dans un monde aboli au caractère d’étrangeté presque unique.

Un exceptionnel cabinet de curiosité présente les herbiers du Baron de Gascq dont le fameux « Herbier de Rousseau » qui compte cent trente huit planches.

Remarquable par ses collections de bulbes, d’asters, de roses, d’iris, de plantes aromatiques,tinctoriales et médicinales, le jardin botanique du Château de Mongenan est un véritable conservatoire des fleurs et des plantes du passé. C’est la raison pour laquelle une part importante des animations hebdomadaires est consacrée à la botanique

Le Château de Mongenan distribue également à ses visiteurs deux fois par an, en juin et en septembre, graines introuvables et boutures de rosiers anciens. Ces distributions devenues légendaires sont effectuées à titre gratuit comme les cours dédiés à la symbolique des jardins ésotériques ou à l’histoire générale des jardins du monde.

Le Musée de Mongenan a été créé à partir de collections familiales héritées d’Antoine de Lessart, Ministre de Louis XVI, né à Portets en 1741.

Une très importante collection d’archives retraçant son itinéraire politique, financier, personnel et philosophique a servi de base à cette étude approfondie du XVIII° siècle, illustrée chaque semaine par des animations, des conférences ou des expositions éphémères.

La mise en œuvre muséographique a été assurée par l’historien Jean-François Chiappe.

Les visiteurs découvrent successivement la vie à Bordeaux au XVIII° siècle, l’histoire de la Compagnie des Indes, les ministères de Necker et Calonne et les premières années de la Révolution.

Deux salles sont consacrées à la période 1789 – 1792 et présentent une série d’objets ayant appartenu à la Reine Marie Antoinette.

Une magnifique collection de costumes d’époque et d’éventails ouvre, avec la proximité des toiles peintes de Jouy, Nantes et Beautiran et des soieries de Lyon et de Tours, un prodigieux livre d’images.

Une reconstitution de l’Enseigne de Gersaint conduit le visiteur dans un magasin du XVIII° siècle.

Enfin, l’unique Temple Maçonnique français du XVIII° siècle accessible au profane ainsi que son cabinet de réflexion ouvrent au visiteur les perspectives infinies du Siècle des Lumières. Cordons, tabliers, bijoux, rituels, documents, composent une des plus importantes collections maçonniques connues d’époque XVIII°.

 


Recherche sur le site